Rechercher

Une Conversation sur le Bassin du Congo

Dernière mise à jour : 5 avr.

Taaji rencontre Mme Nelly Françoise



Kasu le perroquet :


Aujourd'hui, on rencontre Madame Nelly-Françoise Comte, une femme fascinante. Elle travaille pour la CERPAC qui est une organisation d'appui aux initiatives de développement local.

Elle s'occupe de coordonnées les activités pour le développement durable pour la préservation de l'environnement et le renforcement des capacités diverses des communautés locales.


Taaji : euh ça veut dire quoi?


Kasu : Elle protège la forêt du bassin du Congo ainsi que tout ses habitants.


Taaji : wow comme les super-heros.


Kasu : ah oui Taaji elle en est une.


Taaji : J'ai hâte de lui raconter mon aventure dans le bassin du Congo avec Bill et écouter ses histoires sur les habitants du bassin.


Kasu: Avant ça, on va lui poser quelques questions.


Kasu:

1. Vivant dans le bassin du Congo je rencontre de plus en plus des humains.

Qui vit dans le bassin du Congo ? comment localiser les différents villages et habitations ?

Mme Nelly:

Ah oui, sachant que le bassin compte au total 268 millions d'hectares soit 6% de l'espace forestier mondial il existe plusieurs peuplements dans sa forêt et malheureusement une cartographie exacte de l'emplacement des villages n'existe pas.

cela est un projet à envisager.


Kasu:

2. Les Humains arrivent-il à habiter en synergie avec la forêt et sa faune?

Mme Nelly:

De l'expérience du terrain que nous avons, les communautés vivant dans la forêt ont appris à prélever leur alimentation dans leur milieu. Ils prélèvent la viande de la chasse, les produits forestiers non ligneux et font aussi des champs notamment la culture vivrière.

Cependant les conflits entre l'homme et la faune éclatent surtout quand les pachydermes ( gros animaux) refont leurs parcours dans les zones aujourd'hui habitées ou cultivées faisant ainsi beaucoup des dégâts.

Plusieurs villages sont désertés car la cohabitation est difficile.

Les Humains ont ainsi du mal à cultiver la terre sachant qu'un éléphant peut le détruire à n'importe quel moment donné.


Kasu:

3. Puis-je faire confiance aux humains de trouver des solutions durables pour notre cher foret?

Mme Nelly:

Vous savez 80% des solutions sont d'abord politiques.

Il faut que nos gouvernements soient conséquents dans leurs engagements à préserver ce patrimoine mondial.

Ensuite l'éducation des enfants, des jeunes et des adultes à la biodiversité, à l'analyse et à l'utilisation des instruments de régulation existants.

Je vous recommande le livre "Luozi 30 ans après" de Zamenga, vous découvrirez la faune et la flore de Luozi qui malheureusement n'existe plus à cause des actions de l'homme.

La forêt a laissé place à une savane et les animaux ont fui vers les forêts éloignées.

La déforestation ( exploitation des bois, sillage de bois artisanal, agriculture itinérante sur brulis) et l'orpaillage sont des activités dévastatrices de nos forêts.

Le CERPAC intervient actuellement dans les deux Congos pour contribuer à la préservation de la forêt et ses habitants.


Kasu:

4. Pour ceux qui veulent bien aider, comment peuvent-ils participer à la mission ?

Mme Nelly:

- Être conscient de l'importance de notre très cher forêt du bassin du Congo.

- Apprendre sur les enjeux que rencontre notre forêt.

- Promouvoir ses bienfaits et merveilles.

- Assister et encourager du mieux que nous pouvons ceux qui travaillent dans la préservation de notre forêt.


Kasu :

Merci Madame pour cette conversation fructueuse, on espère aussi apporter notre contribution.

Taaji :

Quand je serai grande je serai comme Madame Nelly et prendre soin de toute la forêt.

En savoir plus sur la CERPAC : https://www.linkedin.com/company/cerpac/about/

74 vues2 commentaires